Sports

Le VLJ prend de l’altitude, mais…

Edition N°6 - 12 février 2020

Les vainqueurs de la Coupe de distance 2019 (de gauche à droite): Roman Kowalczyk (2e en fait en catégorie solo parapente. Il remplace le vrai vainqueur Olivier Dietrich, absent), Damien Charmillot (parapente biplace) et Francis Gafner (delta). (photos ldd)

Le Club Vol libre Jura (il regroupe en son sein les adeptes de parapente et de delta du Jura et du Jura bernois) a récemment tenu son assemblée générale le samedi 1er février à Pontenet, en présence d’une cinquantaine de membres. 

Comme l’a relevé le président Alphonse Frésard, le millésime 2019 a été moyen au niveau des conditions météorologiques, mais cela n’a pas empêché plusieurs pilotes de réussir de très jolis vols de distance. Fait réjouissant, l’effectif des membres a augmenté de près de 10%. En revanche, le ciel des vélivoles pourrait quelque peu s’assombrir ces prochains mois. Le Club doit en effet plancher sur un nouveau concept de balises météorologiques. Autre point noir: la cohabitation avec l’aérodrome de Courtelary pose toujours de gros problèmes.

Vents forts défavorables 

C’est bien connu, les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Cela s’applique bien évidemment aux parapentistes et aux adeptes de delta que compte le Club Vol libre Jura. C’est ce qu’il faut retenir du rapport du président. La saison 2019 a été moyenne, souvent marquée par des vents forts défavorables à la pratique des deux disciplines. Mais on le verra plus loin, cela n’a pas empêché plusieurs pilotes de signer des vols très intéressants.

Du côté des finances, pas de gros nuages à signaler. L’exercice 2019 s’est soldé par un petit bénéfice, mais comme l’a précisé le caissier Lionel Socchi, il s’agira d’être vigilant à l’avenir, d’autant plus que le VLJ devra faire face à plusieurs dépenses importantes afin de moderniser son système de balises météorologiques. Il en compte actuellement cinq, placées à des endroits stratégiques: La Caquerelle, Mervelier, Le Mont/Courfaivre, Raimeux et Montoz.

Pour le VLJ, la grande satisfaction réside incontestablement au niveau de l’augmentation du nombre de ses membres. Vingt-cinq nouvelles admissions ont en effet été enregistrées en 2019, ce qui porte désormais le nombre de membres à 273, pour seulement trois démissions. Cette évolution positive est la preuve que la pratique du vol libre a tendance à se démocratiser depuis plusieurs années. C’est assurément un bon signe pour la pérennité de l’activité dans l’Arc jurassien, d’autant plus que les écoles formatrices ont la réputation d’enseigner avec beaucoup de sérieux.

Belles bagarres amicales

Comme tout comité, celui du VLJ sait aussi se renouveler. Ainsi, Nicolas Tatti (responsable du delta), Damien Rossé (Coupe de distance) et Basile Charmillot (secrétariat) ont souhaité quitter le navire. Pour les remplacer, du sang neuf est arrivé: Valérie Groux reprend le secrétariat, alors que le spécialiste des vols de distance Roman Kowalczyk sera à l’avenir en charge de la Coupe de distance du VLJ. Cette compétition interne a donné lieu à de très belles bagarres amicales. On en veut pour preuve les résultats très serrés pour les premières places, principalement en ce qui concerne la catégorie parapente individuel. Au final, la victoire est revenue à Olivier Dietrich (768,73 points), devant Roman Kowalczyk (763.99) et le surprenant Olivier Moser (730.22). Ce dernier s’est en effet fait l’auteur de superbes vols dont les tracés et les chances de réussite paraissaient parfois improbables.

Gros chantier en perspective 

Dans la catégorie parapente biplace, Damien Charmillot a signé un superbe vol de 4h26 au départ du Weissenstein. Il s’est ainsi promené dans le ciel de l’Arc jurassien sur une distance de 65,1 km. Avec ce vol, le pilote de Courroux termine même au 5e rang suisse. Chapeau bas! Enfin, dans la catégorie delta, c’est Francis Gafner qui s’impose, avec 827,79 points. Pour l’exercice 2020, le VLJ va devoir entreprendre un gros chantier. Il s’agit des balises météo. En effet, la technologie des appareils actuels va devenir obsolète, puisque la 2G devrait être supprimée à la fin de l’année. Des alternatives existent sur le marché, mais rien ne garantit la pérennité à plus ou moins long terme. Le Club recherche dès à présent la meilleure solution. Plusieurs pistes sont actuellement à l’étude. 

Cohabitation problématique 

Enfin, le gros point noir concerne la cohabitation avec l’aérodrome de Courtelary, s’agissant de l’application de l’espace aérien. Force est de constater que du point de vue des vélivoles, la situation est jugée inacceptable. Les restrictions imposées par les responsables de la place d’aviation du vallon de Saint-Imier sont telles que la pratique du vol libre dans cet endroit ressemble de plus en plus à un exercice d’équilibrisme… Et attention, toute infraction à l’espace aérien, aussi minime soit-elle, peut-être passible d’une amende de 20’000 francs. Et la situation n’est pas sur le point de se détendre…

(cp-oo) 

Les vainqueurs de la Coupe de distance 2019 (de gauche à droite): Roman Kowalczyk (2e en fait en catégorie solo parapente. Il remplace le vrai vainqueur Olivier Dietrich, absent), Damien Charmillot (parapente biplace) et Francis Gafner (delta). (photos ldd)