Portraits

« La parole a perdu de sa valeur ! »

Edition N° 7 – 21 février 2024

André Christen: «Le respect de l’autorité est aujourd’hui balayé.» (photo Olivier Odiet)

Maire de la commune de Petit-Val depuis le 1er janvier 2015, André Christen regrette l’époque où la confiance relationnelle entre les gens était encore de mise. On donnait sa parole et le tour était joué. Aujourd’hui, l’autorité doit rendre des comptes aux citoyens sur ses décisions par le biais de longs protocoles précis et minutieux ce qui engendre un travail administratif supplémentaire. Un véritable parcours du combattant qui constitue tout sauf une source de motivation.

L’évolution de la société comporte son lot d’inconvénients qui n’épargne pas les communes. «La parole a perdu de sa valeur», explique le maire de Petit-Val André Christen. La docilité a été supplantée par la méfiance, la jalousie et l’agressivité, dans certaines situations. «Au moment de rendre des décisions, il est très important de livrer des protocoles précis et minutieux car, dans le cas contraire, les reproches fusent, notamment dans le domaine des permis de construire. C’est triste, mais il ne faut pas se voiler la face : le respect de l’autorité est aujourd’hui balayé.» Optimiste de nature, André Christen referme rapidement cette parenthèse pour saluer l’excellent travail effectué depuis l’entrée en souveraineté de la commune fusionnée de Petit-Val le 1er janvier 2015. Deux dossiers lui font particulièrement plaisir, soit la création du syndicat scolaire Saicourt – Petit-Val, qui englobe la mise en place de l’Ecole à journée continue (EJC) à Châtelat ; et l’engagement de Micael Zwigart, agent d’exploitation pour la voirie. Entre l’entretien, les réparations et sa fonction de fontainier, ses tâches sont très variées.

Développer, encore et toujours !

Derrière ces deux concrétisations d’envergure se cache d’autres motifs de satisfaction. On pense notamment au goudronnage de plusieurs secteurs de route ; à la pose de conteneurs semi-enterrés dans les villages ; à l’adhésion à Valforêt SA, qui compte trois gardes forestiers ; à la transformation de l’ancienne école de Sornetan en appartement ; à la pose de fibre optique dans plusieurs villages ; à l’entretien et la bonne gestion des rivières et des chemins agricole sur l’ensemble du territoire ; à la finalisation de tous les règlements communaux ; à la mise en place du MCH2 (nouveau système de comptabilité communale) ainsi qu’à la création d’un site Internet, sans oublier, bien sûr, les nombreux permis de construire délivrés. Comme la commune de Petit-Val n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers, l’Exécutif continue de mettre toute son énergie dans l’élaboration de projets concrets qui s’inscrivent dans le développement d’un coin de pays où il fait bon vivre.

Pas des agents immobiliers !

Parmi les projets qui s’imbriquent dans le Plan d’aménagement local (PAL), on citera la possibilité d’extension des constructions dans les zones de hameau, autant sur le plan agricole qu’artisanal, de manière à donner un peu de souffle aux citoyens qui se trouvent hors des zones constructibles. Autre dossier conséquent, qui s’inscrit lui dans le Plan général d’alimentation en eau potable (PGA) : le raccordement de Souboz au réseau d’eau potable de Sornetan. Le conseil communal de Petit-Val a amorcé une réflexion visant à diminuer son parc immobilier qui comprend plusieurs bâtiments. «Notre intention n’est pas de tout vendre, qu’on se comprenne bien, mais de réduire un peu la voilure sachant que notre travail ne consiste pas à endosser le rôle d’agent immobilier», confie-t-il. André Christen décerne une mention particulière à la secrétaire Joëlle Schär qui assure le remplacement de Charles Haeberli à la satisfaction générale. Les nombreux changements intervenus à l’Exécutif de Petit-Val depuis 2015 n’inquiètent pas outre mesure son maire. «Même si j’admets volontiers que nous avons un peu forcé la main des deux nouveaux, Fanny Klötzli et Jean-Pascal Michel, on s’aperçoit quand même que les jeunes sont prêts à s’investir pour la collectivité publique au Petit-Val. Après, il faut comprendre que des défections surviennent en cours de législature pour des cas de force majeure comme un déménagement ou l’attente d’un heureux événement, par exemple.»

Pour l’heure, André Christen ignore encore s’il sera candidat à sa propre succession lors des élections communales fixées à la fin de l’année 2022. «C’est encore trop tôt pour aborder cette question. Avant de voir si loin, je veux d’abord me concentrer sur les nombreux défis à relever jusque-là.»

Les mentalités évoluent…

Dans des régions isolées comme celle de Petit-Val, c’est souvent le cliché de fermeture sur soi qui prévaut au moment de décrire la mentalité des gens. Or, les décisions prises à l’assemblée communale du 15 juin, brisent les idées reçues. En effet, la proposition d’organiser un vote par les urnes pour procéder à l’élection des membres du conseil communal et non plus par l’assemblée a passé la rampe. Au même titre d’ailleurs que le renforcement des compétences financières du conseil communal qui passent du montant de Fr. 20’000.– à celui de Fr. 50’000.–. «Ces changements ne sont pas anodins. Ils nous permettront d’avoir les coudées franches pour travailler», conclut le maire André Christen.

Olivier Odiet

 

Portrait express

Nom : Christen       

Prénom : André      

Date de naissance : 28 juin 1956   

Domicile : Sornetan

Profession : ébéniste

Etat civil : marié, 4 enfants adultes, 6 petits-enfants      

Genre de film favori : les westerns        

Plats préférés : steak de bœuf, lasagnes      

Loisirs : moto, ski      

Traits de caractère : calme, jovial, déterminé, consensuel    

 

Qui fait quoi ?

Conseil communal de Petit-Val

André Christen (maire) : administration, travaux publics, police

Jean-Michel Carnal (vice-maire) : urbanisme, déchets, environnement

Emanuel Amstutz : écoles, transport

Jean-Pascal Michel : forêts, pâturages, protection civile, routes, rivières, déneigement

Fanny Klötzli : culture, sport, loisirs, tourisme, social

Secrétaire : Joëlle Schär

Finances : Nathalie Schranz1

André Christen: «Le respect de l’autorité est aujourd’hui balayé.» (photo Olivier Odiet)