Sports

Damien Cremona a franchi une étape-clé

Edition N°32 - 4 septembre 2019

Si le parcours de Damien Cremona vous a donné envie de suivre ses traces, contactez le club Budokan à Tramelan pour un essai gratuit: www.bktr.ch. (photo ps)

Damien Cremona a décroché sa ceinture 3e dan en juin dernier en France, à Montbéliard. Une véritable performance pour le Courtisan de 29 ans qui pratique le karaté depuis l’âge de 7 ans. Rencontre avec le roi du tatami.

C’est sur son lieu de travail, au sein de l’entreprise familiale située à Court, que Damien Cremona nous accueille. Aussi à l’aise dans un atelier mécanique que sur un tatami, le Courtisan a obtenu le 28 juin dernier, en France, sa ceinture 3e dan de karaté. Cette étape est considérée comme la dernière ceinture du débutant. La suite de l’apprentissage ouvre la voie des grands maîtres de la discipline. A l’âge de 29 ans, rares sont ceux qui ont pu accrocher à leur taille cette ceinture noire 3e, que l’on obtient au terme de nombreux exercices présentés devant un jury à huis clos. «J’étais très heureux de passer cette étape. Me fixer des objectifs m’aide à progresser, mais en karaté l’apprentissage ne s’arrête jamais vraiment», relève Damien Cremona.

Plus de 20 ans de pratique

Le Courtisan a découvert cet art martial à l’âge de 7 ans. A la recherche d’une activité à pratiquer, il a testé différents sports avant de découvrir l’évidence dans une école à Moutier: «Après cinq minutes passées dans le dojo, j’ai su que c’était fait pour moi», explique le karatéka. Il pratique le karaté traditionnel et ce qui lui plaît dans cet art martial japonais, c’est l’harmonie recherchée entre le corps et l’esprit: «Je ne fais pas de compétitions. L’idée de se comparer aux autres ne m’intéresse pas. Lors des compétitions, le corps est beaucoup trop sollicité. Dans ma vision du karaté, il est très important de préserver son corps et de pouvoir pratiquer jusqu’à un âge avancé, comme c’est le cas de nombreux maîtres.» Toutefois pour atteindre le niveau qui est le sien aujourd’hui, Damien a dû beaucoup s’entraîner. Il a également pris part à de nombreux stages, notamment à l’étranger. Depuis une dizaine d’années, il est suivi par Alain Mathey, également 3e dan: «C’est un guide mais aussi un ami. Nous échangeons beaucoup lors des entraînements. Le partage est essentiel en karaté», explique Damien. Très attentif au côté spirituel de son art martial, le polymécanicien de 29 ans, explique que le karaté et les valeurs qui l’accompagnent sont totalement ancrés dans sa vie quotidienne: «Le respect, l’écoute, l’amabilité, la sincérité envers les autres et envers soi-même sont des valeurs qui me guident chaque jour et qui vont de pair avec cet art martial.» 

Toujours curieux de découvrir d’autres disciplines, le karatéka s’est également formé en krav-maga, une méthode d’auto-défense d’origine israélienne, combinant plusieurs techniques destinées aux combats au corps à corps. Grâce à sa large expérience en karaté, Damien est également devenu rapidement instructeur dans cette discipline. D’ailleurs, lors de son passage au grade supérieur en France en juin dernier, il a intégré des mouvements de krav-maga dans ses exercices. En effet, alors que les passages du 1er et du 2e dan sont très codifiés, le karatéka peut personnaliser davantage ses mouvements lors du 3e dan. «A partir d’un certain niveau, la personnalité s’allie à la technique, ce qui implique que chacun a son propre karaté», précise Damien Cremona qui doit maintenant patienter 4 ans avant de passer son 4e dan. En effet, l’élève doit toujours attendre le même nombre d’année que compte le grade auquel il aspire avant de pouvoir y prétendre. Mais la patience est l’une des vertus nécessaires à tout karatéka qui se respecte: «Ces quatre années ne seront pas de trop pour progresser et atteindre un niveau encore plus élevé. Un grand travail m’attend pour y parvenir», annonce le Courtisan en toute modestie. D’ici là, ce roi de l’attaque et de la contre-attaque va poursuivre sa quête des mouvements parfaits et de l’alliance entre technique et esthétique.

Pascale Stehlin

Si le parcours de Damien Cremona vous a donné envie de suivre ses traces, contactez le club Budokan à Tramelan pour un essai gratuit: www.bktr.ch. (photo ps)