Sports

Course entre monts et merveilles

Edition N°22 - 5 juin 2019

Course de montagne en cinq étapes, La Juracime exige un bon niveau d’entraînement, mais elle reste accessible à tout coureur régulier. (photo a)

Les organisateurs de la 18e édition de La Juracime terminent les préparatifs et l’accueil des participants. L’après-midi du vendredi 7 juin marque le début d’un week-end de Pentecôte particulier pour les bénévoles et les 230 athlètes annoncés et répartis dans les catégories «dames et hommes» élite et vétéran. 

La préparation des parcours est en cours et bien qu’il reste encore une ou deux taches de neige sur le Chasseral, tout est désormais sécurisé. Les coureurs, dont une cinquantaine d’athlètes venant de Belgique et bien entendu les nationaux et régionaux, s’élanceront pour les cinq étapes. Le dessert, c’est pour le lundi de Pentecôte 10 juin sur une étape de 23 km entre Mont-Soleil et Tavannes. Le départ est prévu à proximité de la centrale solaire à 8 h. Sur les parcours, le ravitaillement est assuré sur 21 postes et la sécurité par 8 stations occupées par les samaritains.

La Juracime, c’est aussi plus de 1500 repas adaptés, 1200 litres de thé, plus de 1000 litres d’eau, 600 litres de boissons isotoniques, 300 sandwiches et diverses victuailles reconstituantes et une centaine de personnes logées.

LES ÉTAPES DANS LE DÉTAIL 

1re étape : 550 m de montée à se mettre sous les pieds un vendredi soir… avant le souper. C’est donc une entrée en matière assez pénible qui attend tous les coureurs. Mais si le temps joue le jeu, un paysage d’une grande beauté s’offrira à chacun: coup d’œil sur l’Orval, puis sur le Vallon de Saint-Imier, enfin vue sur les Alpes aux abords de l’arrivée, sans oublier le passage romain sous «le Pierre-Pertuis».

2e étape: c’est l’une des deux étapes phares de La Juracime avec le passage sous la Tour de Moron, qui est le «must» actuel de la région, mais aussi le point culminant de cette 2e étape. 

Le village des Genevez servira d’arrivée intermédiaire avant la course contre la montre de l’après-midi. Peut-être que quelques coureurs utiliseront cette pause-repas pour se doper à la «Tête de Moine», spécialité fromagère de la région. 

3e étape: 7 km de course contre la montre ou 7 km de solitude pédestre le long d’un parcours casse-pattes sans que les copains-coureurs puissent jouer le rôle de locomotive lorsque le moral et les jambes grincent quelque peu! Heureusement, Tavannes, sa cantine, ses douches et ses tables de massage ne sont pas si loin…

4e étape: il serait hautement souhaitable pour l’image de marque de notre région que le Chasseral daigne une fois se montrer sous son meilleur jour: chaleur et ciel sans nuage… plutôt que de refuser obstinément de se dévoiler. 

Après quelques heures de récupération, tous les coureurs, leurs accompagnants et les bénévoles se retrouveront dès 16h30 à la salle communale de Tavannes pour un apéritif léger.

5e étape: cette étape permet aux sprinters de s’en donner à cœur joie si leurs «fibres rapides» n’ont pas été lessivées au cours des jours précédents… Enfin, la manifestation se terminera au son de GénéraSon de Tavannes par un repas pris en commun entre coureurs, bénévoles et organisateurs avant la proclamation des résultats finaux.

(cp-oo) 

Pour les autres informations: www.lajuracime.ch 

Course de montagne en cinq étapes, La Juracime exige un bon niveau d’entraînement, mais elle reste accessible à tout coureur régulier. (photo a)