Portraits

«Je reste confiant et optimiste»

Edition N°19 - 13 mai 2020

Philippe Augsburger : «Il serait très dommageable de renoncer à des projets maintenant.» (photo oo)

Maire de Tramelan, Philippe Augsburger voit toujours le verre à moitié plein. Mais attention, son optimisme légendaire ne l’empêche pas d’avoir une vision clairvoyante sur cette crise sanitaire qui engendra évidemment des conséquences préjudiciables pour sa commune. Rencontre avec un homme engagé, disponible et enthousiaste qui ne limite pas sa solidarité à Tramelan, mais à la région et au pays. 

– Philippe Augsburger, quelles sont les mesures qui ont été prises par le Conseil municipal de Tramelan pour faire face au coronavirus ?
Il faut d’abord savoir que nous avons pris rapidement le taureau par les cornes avec l’idée d’anticiper les événements et non de les subir. Des dispositions ont donc été prises à différents échelons. La première mesure consistait à prendre en considération les besoins du personnel municipal en matière de protection. Les bureaux de l’administration ont été fermés tout en veillant à assurer son fonctionnement en termes de services à la population par le biais du téléphone, des courriels et du courrier. Nous avons également envoyé un tout-ménage à nos citoyens pour leur signifier les mesures préconisées par le Conseil fédéral et l’OFSP. En parallèle, nous avons lancé un appel à la solidarité pour trouver des bénévoles prêts à donner un coup de pouce pour assurer certains services comme la livraison des commissions, des médicaments, des repas à domicile. Près de 100 volontaires se sont annoncés. Ces relais de soutien ont été trouvés en collaboration avec l’association ParTages. Toutes les personnes âgées de 65 ans et plus ont été contactées téléphoniquement par des membres de l’administration, des politiques et des bénévoles pour connaître leurs besoins. Des dessins originaux réalisés par les enfants des écoles ont été envoyés aux aînés deux jours avant Pâques. Une initiative assez similaire est actuellement en cours de réalisation pour les personnes qui résident dans les homes. 

– Comment le Conseil municipal s’est-il organisé pour assurer le suivi des dossiers ?
Dans un premier temps, nos séances se sont tenues à distance par vidéoconférence. Les limites d’une telle option n’ayant échappé à personne, nous avons pris toutes les précautions de sécurité nécessaires pour se retrouver à la Salle de La Marelle. La distance de deux mètres est respectée entre chaque table. Quant au désinfectant, c’est une mesure que nous avions déjà instauré, avec d’autres conditions, lors de la soirée du FCTT dans cette même salle le 29 février dernier. S’agissant du suivi des dossiers, il faut savoir que suite à l’annulation du Conseil général du 27 avril, l’Exécutif a obtenu, à titre exceptionnel, l’autorisation du canton pour confirmer une promesse de vente de terrain à une entreprise de la place. Cette situation a mis le Conseil municipal mal à l’aise puisque ses compétences ont été outrepassées, mais une réponse devait impérativement être donnée le 28 avril, raison pour laquelle ce cheminement inhabituel a été adopté en respectant scrupuleusement les démarches nécessaires, soit en passant préalablement par le bureau du Conseil général et les présidents de groupe. 

– A quel niveau la crise sanitaire va-t-elle engendrer des conséquences néfastes sur la bonne marche des affaires communales ?
-Le budget 2021 sera très difficile à établir, notamment en raison de la baisse des rentrées fiscales, mais il est encore trop tôt pour en connaître les proportions. Cela dit, il serait très dommageable de renoncer à des projets maintenant. Votre question m’amène à une autre réflexion. Face à une crise de cette ampleur, le premier réflexe de la commune en guise de soutien aux commerçants, artisans et entreprises de Tramelan serait de se serrer la ceinture pour économiser le plus possible. Or, il s’agit de faire exactement l’inverse, sans se mettre sur la paille, bien sûr, mais dans la mesure de nos possibilités financières. La commune a déjà montré l’exemple de manière concrète avec le projet de rénovation du toit de la patinoire et l’intégration de panneaux photovoltaïques. 

– Si vous étiez doté d’une baguette magique, quel est le souhait que vous aimeriez réaliser pour la commune de Tramelan ?
Vous savez, mon esprit d’ouverture ne se limite pas à mon village. Cela m’ennuierait beaucoup qu’un lecteur de votre journal domicilié à Reconvilier, par exemple, se dise que je me moque du reste de la région. Ma perception des choses va plus loin; elle s’étend à la Suisse entière. J’ose d’ailleurs espérer que cette crise nous incite à acheter des produits locaux, régionaux et suisses. Si l’on ne se soutient pas entre nous, qui va donc nous soutenir ? Un souhait pour Tramelan quand même ? Bon, alors si vous insistez, je vais vous établir une liste de manière succincte : organiser une grande manifestation annuellement comme ce fut le cas par le passé avec le CHNT, apporter un maximum de rénovations et d’aménagements à nos infrastructures et réaliser un terrain synthétique. Pour conclure, j’adresse mes remerciements au personnel municipal pour son travail exemplaire ainsi qu’à la population pour son formidable esprit de solidarité. Je reste confiant et optimiste. En continuant de nous serrer les coudes, on finira bien par voir le bout du tunnel… 

Propos recueillis par Olivier Odiet 

Portrait express

Nom: Augsburger
Prénom: Philippe
Date de naissance: 5 juin 1956
Domicile: Tramelan
Profession: commerçant et assureur retraité
Etat civil: marié, deux enfants adultes
Film préféré: Les yeux noirs
Plat favori: plat bernois
Loisirs: course à pied, lecture, foot (fan inconditionnel d’YB)
Traits de caractèreoptimiste, conciliant

Philippe Augsburger : «Il serait très dommageable de renoncer à des projets maintenant.» (photo oo)