Actualités

Le casse-tête cantonal!

Edition N°19 - 13 mai 2020

La décision tant attendue est tombée : le Conseil fédéral déclare la reprise des cours présentiels pour le 11 mai, comme déjà pressenti. Malheureusement, l’espoir d’avoir une solution nationale n’a pas pu être confirmée. Toutefois, les cantons romands ont pu se mettre d’accord sur une ligne commune.

Les cantons reprennent donc la main pour ce qui concerne la scolarisation obligatoire ainsi que pour les examens de maturité écrits. En clair, selon les conditions locales, les autorités pourront donc choisir soit une ouverture rapide complète, soit une reprise partielle avec des groupes d’élèves limités selon les degrés. Les conséquences de la pandémie sur la population ont été ressenties de manière très différente selon la réalité locale. 

Force est de constater que les cantons latins, voisins de l’Italie et de la France, ont une attitude plus circonspecte, pour ne pas dire plus prudente, face à cette problématique. Les réponses de nos voisins à la même problématique influencent certainement le ressenti des populations francophones, avec l’Italie qui prévoit une reprise scolaire début septembre pour tous, comme la France, mais avec une reprise sur une base volontaire dès le mois de juin. Le Syndicat des enseignants(es) du canton de Berne (SEFB) peut se réjouir de la reprise possible d’un enseignement présentiel, synonyme d’un certain retour à la normalité très importante tant pour les élèves, leurs parents que pour nos collègues. Cependant, afin de ne pas risquer un nouveau pic de la pandémie, il est primordial de pouvoir assurer des conditions-cadres à même de respecter au mieux les fameuses mesures de distanciation sociale et d’hygiène tant importantes préconisées par la CIIP.

Revendications entendues 

La Direction de l’Instruction publique bernoise n’a évidemment pas attendu ce point de presse pour se mettre au travail. Le SEFB a été associé à ces travaux comme nous le proposions. Toutefois, sans trahir de secrets, l’appréciation du risque sanitaire est différente selon les sensibilités. Force est de constater un «Coronagraben» avéré, les cantons latins, par le biais de la CIIP, ont choisi de procéder par étapes, avec reprise échelonnée contrairement aux cantons germanophones. Nous sommes reconnaissants à notre direction d’avoir entendu nos revendications et de les avoir prises en compte. Ainsi, les écoles francophones pourront suivre le rythme de déconfinement romand, qui prévoit de procéder à un enseignement par demi-classes les 2 premières semaines. Cette période permettra aux enseignants et aux élèves de partager les mesures d’hygiène et les gestes barrières qui régiront la vie quotidienne des acteurs de l’école.

Ce sera également l’occasion de soigner les relations entre élèves et d’accompagner leurs émotions quant à leur vécu. Enfin, sur le plan pédagogique, cette période permettra aussi de faire un état des lieux des acquis après la phase d’enseignement à distance et de consolider des bases pour la suite. Cette reprise prudente devrait également permettre de restaurer une confiance pour la poursuite des activités scolaires auprès du plus grand nombre. Cette mission nous semble essentielle pour pouvoir rassurer ceux qui doivent l’être. Enfin il faudra suivre très attentivement les progrès – ou les échecs – dans la maîtrise de cette pandémie. 

Mesures sanitaires primordiales 

La mise en place des mesures sanitaires est primordiale pour la reprise des cours présentiels. Ainsi, des ressources supplémentaires doivent être prévues par les autorités scolaires pour augmenter les effectifs du personnel technique chargé du nettoyage et de la désinfection des écoles. De même, le matériel de protection nécessaire (gants, masques…) doit être à disposition avant la reprise. Ces conditions sont impératives pour une reprise de l’enseignement, sinon il faut maintenir l’enseignement à distance. 

Le SEFB approuve également totalement les directives de la Direction de l’Instruction publique au sujet des évaluations. Seuls les résultats obtenus avant le 13 mars seront pris en compte. D’ici cet été, les thèmes étudiés depuis la reprise des cours pourront être évalués de façon formative. En ce qui concerne les certifications, celles-ci se feront le cas échéant au profit des élèves. Nous tenons encore à remercier et à saluer l’engagement de toutes les directions et de tous les collègues pendant cette période difficile pour répondre à des situations inhabituelles.

(SEFB)